Actualités

Séduit par la chaleur et le confort des constructions en bois massif depuis plusieurs années, M. et Mme G. se sont lancés en 2014 dans la grande aventure de la construction. Il a tout d’abord fallu trouver un terrain dans la région d’Andenne, bien orienté, au calme, … ce qui n’est pas toujours chose aisée; ensuite un architecte à leur écoute pour mettre sur papier le rêve de leur vie. M. et Mme G. ont choisi le bureau d’architecture URBAN Architectes à Namur pour la réalisation des plans de leur future habitation.

Le chantier, quant à lui, a été confié à Sequoia-Habitat qui réalise ici une maison prête à vivre dans le respect total des choix des clients (bardage, carrelage, parquet, portes, escalier, chauffage, éléments sanitaires…).

Pendant la réalisation des fondations (partie caves et partie vides ventilés), l’ensemble des bois (madriers, lamellés collés, …) est préparé en atelier. M. et Mme G. font leurs derniers choix de matériaux. Ensuite tout s’enchaîne, la structure en bois massif est montée en quelques jours dans le courant du mois d’octobre 2015, le couvreur suit directement pour rendre le bâtiment étanche, les châssis (préalablement choisis et commandés) sont posés; l’électricien, le chauffagiste et le sanitariste peuvent commencer. Côté extérieur, place à l’étanchéité à l’air, l’isolation et la brique de parement. 

Début décembre, tout est prêt pour couler les chapes. Cette étape est très importante car elle va conditionner la suite du chantier. Si l’on peut carreler sur une chape fraîche, il est impératif de la laisser sécher correctement avant de poser du parquet et poser les menuiseries intérieures (portes, escalier, cuisine, …). Et nous sommes en hiver, il faudra donc plusieurs semaines pour que le taux d’humidité des chapes soit suffisamment bas.  

Début janvier, nous continuons le chantier avec la pose du carrelage, et à l’extérieur nos équipes posent le bardage en Iroko. 

Le parquet, les escaliers et les balustrades suivent mi-février. Tout est prêt pour le déménagement début mars.

 

Laisser un commentaire